A propos d'assurance

Astuces, guide, conseils

La mutuelle étuidante est menacée

Rédigé par Rédacteur en chef - 26 février 2014 -

La sécurité sociale des étudiants, nommé mutuelle des étudiants est en passe de connaître de grands changements, petit récapitulatif de la situation et pistes sur les changements probables.

L’organisation de défense des consommateurs, l’UFC-Quechoisir , ainsi que la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE ) considèrent que la sécurité étudiante est inefficace, complexe et bien trop chère. En effet, ces deux organisations se sont jointes pour lancer une pétition afin de refondre le régime. Une des revendications est la fin de la délégation de service public aux mutuelles étudiantes ainsi que la gestion des étudiants au sein du régime général de sécurité sociale.

La loi de 1948 avait prévue que la gestion et le versement des prestations soient faits à des sections mutualistes des étudiants. Et la loi de 1971 avait prévue cela pour deux grandes mutuelles étudiantes notamment une mutuelle nationale (la LMDE, ex-MNEF) et aussi à un réseau de onze mutuelles régionales, EmeVia.

Selon les résultats du sondage mené par l’organisation de défense des consommateurs, qui fut rendu public en septembre 2012, les chiffres affirment qu’il y a une inefficacité dans la gestion et les premières victimes sont les étudiants. En effet, d’après la dernière enquête de l’Observatoire de la vie étudiante, publiée en décembre 2013, 27% ont affirmé renoncer à voir un médecin.

Les étudiants sont perdus

La raison principale de la pétition concerne les délais pour obtenir sa carte vitale. En effet, il est stipulé qu’un tiers des étudiants est encore en attente de leur carte depuis plus de trois mois après l’inscription. Encore plus étonnant, de nombreux étudiants sont confrontés t à un mur et comme les chiffres l’indiquent, 93% des appels reçus par les mutuelles étudiantes ne sont pas traités.

L’organisation est aussi assez complexe, les étudiants ont le choix, dans chaque région,  entre deux mutuelles étudiantes qui commercialisent aussi des produits de complémentaire santé. Les étudiants se retrouvent donc perdus dans cette jungle d’offres. En effet, d’après les chiffres, une petite partie, soit 39% ont compris que la mutuelle étudiante remplace la sécurité sociale de leurs parents et 42,9% d’entre eux ont compris que les remboursements sont similaires et cela peu importe l’organisme choisi et 37% ne savent pas que les complémentaires santé qui sont proposées par ces mutuelles sont au choix.

Le système de la mutuelle étudiante est assez coûteux. En effet, son taux de gestion est triplé contrairement à celui de l’assurance maladie. En 2011, les mutuelles étudiantes ont déboursé 93 millions d’euros d’aides publiques afin de couvrir la gestion.

Fonctionnement de la LMDE : trop politisé

Le GIE-Sesam-Vitale , qui est chapeauté par la caisse d’assurance maladie des travailleurs salariés serait la cause du retard dans la création de la carte vitale.

Coïncidence ou pas, la pétition menée interfère avec les états généraux de la santé et de la protection sociale des jeunes. L’idée même que les étudiants soient dans le même régime général de sécurité est rejetée par le premier syndicat étudiant.  Si l’UNEF se met à militer afin de simplifier le système, pourquoi ne pas créer une sécurité sociale étudiante unique.

Si vous ne vous y retrouvez pas au milieu de toutes ces solutions, nous vous conseillons de visiter ce comparateur de mutuelle étudiante qui saura vous aider : http://www.smeso.fr/

Article sur le même thème :

http://www.eurocap-assurances.fr/article4/faut-il-sassurer-lorsquon-part-etudier-a-letranger